Biology as ideology lewontin pdf

  • admin
  • Comments Off on Biology as ideology lewontin pdf

Please forward this error screen to sharedip-biology as ideology lewontin pdf. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Elle n’est plus employée aujourd’hui dans la description du monde vivant que pour désigner des types de plantes cultivées et d’animaux domestiques. Race » n’a toutefois pas d’antécédent latin direct. Toutefois, le terme tirerait probablement son origine du mot arabe ras signifiant « tête », et trouverait sa première utilisation dès le XVe siècle en Espagne, puis un siècle plus tard en France et en Allemagne. Les familles royales les mieux établies vivent à peine quatre ou cinq races ». On parlera ainsi de populations géographiques en biologie, et de différences entre cultures pour l’anthropologie et l’ethnologie. Pour autant, il continue à être employé dans le reste du monde et en particulier dans les pays anglophones, mais aussi dans les textes législatifs français.

Le terme « race » est parfois utilisé dans le langage courant pour désigner des groupes « ethniques », géographiques ou culturels. Ce passage nécessite une référence. Ce passage semble contredire des informations fournies par d’autres sources. Groupement naturel d’êtres humains, actuels ou fossiles, qui présentent un ensemble de caractères physiques communs héréditaires, indépendamment de leurs langues et nationalités.

Office québécois de la langue française propose également plusieurs définitions. Subdivision de l’espèce, à caractères héréditaires, et dont les individus constituent une population définie par certaines limites de nature géographique, écologique, physiologique, biologique, morphologique, etc. Regroupement d’êtres humains, qui se distingueraient par des traits physiques communs héréditaires, généralement la couleur de leur peau, sans aucun égard à leur langue, à leur culture ou à leur pays d’origine. On tente alors un « découpage » de l’espèce humaine en races distinctes et selon une hiérarchie.

Les atrocités commises lors de la Deuxième Guerre mondiale ont forcé à une prise de conscience sur cette notion de « race », non fondée scientifiquement, et qui a servi d’assise au racisme et à ses pratiques. Elle a donc progressivement été abandonnée au profit de l’idée d’un être humain universel. 20 juillet 1950 a d’ailleurs conclu que « l’humanité est une et que tous les hommes appartiennent à la même espèce ». On parlerait par exemple de race blanche, noire ou jaune, mais ces appellations sont péjoratives. Utilisé pour signifier la différence entre les groupes humains, le mot « race » s’attache à des caractères apparents, le plus souvent immédiatement visibles.

Les plus frappantes de ces différences sont chez l’homme la couleur de la peau, la forme générale du visage avec ses traits distinctifs, le type de chevelure . Ces variations sensibles, sitôt reconnues, sont interprétées par le système de valeurs propre à chaque culture. Un tout jeune enfant blanc qui rencontre pour la première fois un enfant noir, et s’il n’a pas encore reçu de ses parents le schéma culturel raciste, se demandera pourquoi l’autre s’est mis de la couleur et, en lui serrant la main, il regardera la sienne pour voir si cette couleur déteint. Le mot « race » ne doit pas être utilisé pour dire qu’il y a une diversité humaine.